Point Rencontre de Bordeaux

Foire aux questions

  • Est-ce que c'est payant ?

  • Non, le Point Rencontre fonctionne avec des subventions de divers organismes de l'Etat et des collectivités territoriales.

  • Est-ce que le POINT RENCONTRE de Bordeaux dépend de la Justice ?

  • Bien que le POINT RENCONTRE fonctionne la plus grande partie du temps à partir d’ordonnances de Justice, il reste une association autonome.

  • Le POINT RENCONTRE de Bordeaux envoie-t-il des comptes-rendus aux Juges ?

  • Aucun compte-rendu n'est établi sur le contenu des visites. S'il y a un incident grave ou un enfant estimé en situation de danger, le Juge en est averti.

  • Présence d'un tiers pendant les visites à l'intérieur des locaux du POINT RENCONTRE de Bordeaux ?

  • Pendant toute la durée du droit de visite, c’est le parent visiteur qui est responsable de son enfant. C’est donc lui qui aménage son temps de visite comme il l’entend. Il peut donc inviter des tiers (famille, amis…) à participer à la rencontre avec son enfant.

    La présence d’un tiers est donc autorisée sauf si l’ordonnance du Juge l’interdit et sauf si les intervenants du POINT RENCONTRE estiment que la présence de tiers nuit à la qualité de la rencontre entre l’enfant et le parent visiteur.

    Il ne suffit donc pas que le parent gardien soit opposé à la présence d’un tiers pour que celui-ci soit exclu.

    Parfois, la présence d’un tiers permet à l’enfant de renouer des liens avec la famille du parent visiteur.

  • Si un nouveau jugement doit avoir lieu, est-ce que l'ordonnance continue d'être appliquée ?

  • Plusieurs cas de figure peuvent se présenter :
    - Votre ancienne ordonnance ne présentait pas de limite de temps et vous attendez une nouvelle ordonnance car vous venez de passer en audience. Dans ce cas, vous êtes encore sous le régime de la précédente ordonnance jusqu'à ce que la nouvelle vous parvienne 
    - Votre ordonnance prévoit une limite de temps exprimée soit en terme de date (jusqu'à telle date), soit en terme de délai (6 mois par exemple), sans que soit précisé une suite. Là encore, il y a plusieurs possibilités :
    Il est possible que la situation ait suffisamment évolué pour que vous trouviez un accord sur de nouvelles modalités de visite ; si, à l'usage, celles-ci vous paraissent satisfaisantes de façon durable, vous pourrez, en commun accord être titulaires de l'autorité parentale et dans l'intérêt de tous, l'enfant en priorité, les faire homologuer par le juge. Des accords progressifs intermédiaires impliquant encore le POINT RENCONTRE peuvent aussi être envisagés avec nous.
    Sinon, il vous appartient de faire au plus vite une démarche vers votre avocat ou vers le tribunal, si ce n'est déjà fait, pour obtenir une nouvelle audience. Dans ce cas, nous ne pouvons que vous encourager, dans l'intérêt de l'enfant et aussi des parents, à poursuivre les visites au POINT RENCONTRE dans l'attente d'une nouvelle décision.

  • Pourquoi est-il nécessaire de venir en entretien préalable ?

  • Il est important de rencontrer chaque parent, individuellement, afin que nous puissions donner du sens aux rencontres qui se dérouleront au Bouscat, et afin d'accueillir l'enfant et sa famille dans les meilleures conditions. Ce moment permet aussi de vous expliquer notre fonctionnement et de recevoir toutes vos questions.

  • Si l'enfant ne veut pas venir, est-on obligé de l'amener ?

  • Les enfants, en tant que tels, sont soumis à l’autorité de leurs parents à qui la décision du juge s’impose, comme elle s’impose à nous.

    Il n’est donc pas question qu’un enfant ne soit pas amené.

    La présence du ou des enfants à Point Rencontre, prévue par une ordonnance, est en tant que telle obligatoire.

    Si un enfant ne reste pas après avoir été inscrit, il est déclaré absent par nous, comme ce serait le cas à l’école ou au collège.

    Le ou les enfants ne sont pas obligés d’être contents de devoir venir. Ils ont le droit d’être contrariés, voire de faire la tête à un de leur parent. Ils sont dans ce cas accompagnés et soutenus par les intervenants. Ils ont aussi le droit de changer d’avis…

  • Si mon enfant est malade, comment ça se passe ?

  • Dans la mesure du possible, essayez de nous joindre avant la visite, durant la semaine aux heures des permanences afin de nous prévenir et que l'on puisse, si vous ne voulez pas le faire, transmettre l'information à l'autre parent.

    Pour éviter toute contestation de la part de la personne bénéficiaire de la visite, nous vous conseillons de lui présenter, lors de la prochaine visite, une copie du certificat médical expliquant les raisons de l'annulation de la visite.

    Cette visite peut être remplacée dans les semaines à venir. Toutefois, nous sommes tenus de fournir une attestation de non présentation de l'enfant à la personne bénéficiaire de la visite, si cette dernière se présente et nous en fait la demande.

  • Une visite ratée peut-elle être rattrapée ?

  •  Le jugement prévoit un cadre pour les visites mais elles sont en général prévues à défaut d'un meilleur accord entre les deux parties. Il y a la possibilité de remplacer cette visite non réalisée. Si elle est remplacée, l'attestation de non présentation de l'enfant nous sera restituée.Lorsqu'il y a un empêchement  ou un refus de remplacement, il faut distinguer 2 cas de figure :
    - si c'est l'enfant qui est malade, le parent gardien peut justifier cette absence par un certificat médical. Le parent gardien peut proposer une date de remplacement pour cette visite ratée. Si le parent gardien refuse le remplacement demandé par l'autre parent, ce dernier peut obtenir une attestation de non présentation de l'enfant de notre part. 
    - si c'est le parent visiteur qui est absent, le parent gardien aura une attestation de parent absent. Si le parent visiteur a un empèchement majeur, il est conseillé de nous prévenir. Une date de remplacement sera recherchée par notre intermédiaire. Il faut de toute façon nous prévenir d'une absence afin que par notre intermédiaire, l'autre parent en soit informé, s'ils ne communiquent pas entre eux.

  • Comment s'organise les visites pendant les vacances ?

  •  Le POINT RENCONTRE de Bordeaux a pris le parti de favoriser le lien enfant(s)-parent(s), c'est pour cela qu'il est ouvert tous les samedis de l'année, sans exception. Concernant l'organisation des visites pendant les vacances, si l'ordonnance du juge ne la précise pas, les visites s'organisent de la même façon qu'habituellement.

  • Combien de temps ça peut durer au POINT RENCONTRE de Bordeaux?

  •  Le temps de passage au POINT RENCONTRE dépendra du jugement. Un jugement peut intervenir à tout moment de la séparation du couple.
    Il est important de lire l'intitulé du jugement du juge aux affaires familiales et s'il est stipulé provisoire, une nouvelle date d'audience sera précisée, à la fin du document. Dans le cas d'un jugement de divorce, les décisions du juge aux affaires familiales spécifient les modalités de déroulement du droit de visite, son évolution et la réévaluation. S'il n'est pas spécifié d'arrêt, la décision peut se perpétuer tant qu'une des deux parties n'a pas redemandé une nouvelle audience. 
    De toute façon, un jugement est une décision qui se fait souvent à défaut d'un meilleur accord entre les parties : ce qui signifie que les deux parents peuvent se mettre d'accord pour arrêter  le recours à POINT RENCONTRE à tout moment.

  • Est-ce je peux rester sur place ?

  • Les horaires de visite sont de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures.

    Toutefois, à la suite de l'entretien préalable à la visite, un aménagement peut permettre, selon les situations, au parent visiteur de rester sur place entre 12 heures et 14 heures.

    Le parent qui amène l'enfant, lui, ne reste pas sur place et après l'avoir inscrit, laisse l'enfant au parent visiteur, pour revenir le chercher à l'horaire prévu dans l'ordonnance ou par accord amiable écrit.

    Ce moment, parfois délicat et particulier à chaque situation, est travaillé avec les intervenants du POINT RENCONTRE et exceptionnellement, et selon l'âge de l'enfant, les modalités peuvent varier.

    N'hésitez pas à en parler avec la personne de POINT RENCONTRE qui vous recevra en semaine, avant la mise en place des visites au 83 rue Eugène Ténot, 33800 BORDEAUX (prés de la Place Nansouty).

  • Si on se rend compte qu'on n'a plus besoin de POINT RENCONTRE de Bordeaux, que doit-on faire ?

  • Vous vous rendez compte que les relations ont suffisamment évolué ou que les raisons qui vous ont amenés au POINT RENCONTRE n'ont plus cours et donc que les droits de visites pourraient se dérouler sans l'intermédiaire du POINT RENCONTRE. 
    Si votre ordonnance a été écrite par un juge aux affaires familiales, la décision se comprend toujours "sauf meilleur accord des parties", car c'est un désaccord qui vous a amenés vers le Tribunal (ce qui n'est pas vrai pour une ordonnance du juge de la protection de l'enfant, le juge des enfants). Il vous est donc possible, par accord entre parents titulaires de l'autorité parentale, sans perdre de vue l'intérêt de l'enfant, de trouver une autre formule de droit de visite. Si vous le souhaitez, nous pourrons vous aider à coécrire une formule d'accord pour que les choses soient très claires. 
    Après expérimentation de cet accord, s'il s'avère satisfaisant, nous ne pouvons que vous encourager à revenir vers le juge aux affaires familiales pour le faire homologuer, ce qui vous assurera, de part et d'autre, de la pérennité de cet accord.

  • Qu'est-ce qui se passe quand le parent visiteur ne vient jamais ?

  • En l'absence du parent visiteur, nous remettons une attestation à la personne qui amène l'enfant. Il peut y avoir 2 cas de figure : - L'ordonnance prévoit, qu'à défaut pour le parent visiteur d'exercer son droit de visite et ce, en général, pendant 3 fois, celle-ci devient caduque, les droits de visite sont donc suspendus.

    Le parent visiteur devra alors ressaisir le Juge aux Affaires Familiales.

    - L'ordonnance n'indique rien. Les intervenants de POINT RENCONTRE proposent souvent au parent qui amène l'enfant, après quelques absences du parent visiteur, de ne plus le présenter. Cette position lui est confirmée par courrier. Toutefois, il lui est proposé aussi, afin de faciliter une reprise des visites, de rester disponible, si le parent visiteur se représentait.

    Dans ces 2 cas, le parent qui amène l'enfant peut décider de faire valoir ces absences auprès de son avocat et ressaisir le Juge aux Affaires Familiales, afin d'obtenir une modification ou une suspension des droits de visite.

  • A quoi sert une attestation ?

  • Le POINT RENCONTRE établit deux types d’attestations quand elles nous sont demandées :

    - Une attestation quand le parent visiteur est absent,
    - Une attestation quand l’enfant n’est pas présenté.

    Les attestations sont remises à la partie présente quand l’enfant ou le parent visiteur est absent.
    Elles ne sont remises qu’après ½ heure d’absence constatée par rapport à l’horaire de début de visite indiqué sur l’ordonnance du Juge.

    Cette ½ heure de battement s’explique par le fait que tout un chacun peut avoir un retard exceptionnel, involontaire.
    Les attestations remises par le POINT RENCONTRE peuvent être conservées par la partie présente pour une utilisation ultérieure. Elles pourront, par exemple, être produites devant le Juge lors d’une audience.

    En cas de non présentation d’enfant, les attestations remises peuvent être utilisées pour porter plainte contre la partie qui n’a pas respecté la décision de justice.

    Une visite qui n’a pas pu avoir lieu aux dates précisées par l’ordonnance peut donner lieu à une visite de remplacement négociée entre les parents et le POINT RENCONTRE. A ce moment-là, aucune attestation n’est remise.

  • Est-ce qu'on peut amener des jeux ? Des goûters ?

  • L’enfant peut choisir d’amener un jouet personnel.
    Le parent qui vient rencontrer l’enfant est libre d’apporter un goûter, un jeu, un jouet.

  • Les intervenants sont-ils payés pour faire ce métier là ?

  • Oui, nous sommes payés, nous ne sommes pas des bénévoles.

    Tous les intervenants sont payés. Seul le Conseil d'Administration de l'association est bénévole.

    Les intervenants sont payés pour deux raisons :

    - Ce travail exige formation, réflexion, préparation et action sur le terrain. Des gens qui exercent un métier ont besoin d'un salaire.

    - Cette action est incompatible avec le bénévolat. Le bénévole agit dans l'intérêt des autres parce qu'il le veut bien (comme son nom l'indique). Il en tire donc, légitimement des satisfactions.

    Mais, au POINT RENCONTRE, les interventions portent sur des situations toujours douloureuses : souffrance du parent hébergeant, souffrance du parent visiteur, souffrance des enfants.

    Nous avons affaire à des personnes qui subissent une épreuve. Certaines sont révoltées contre la Loi. Comment oserions-nous leur dire : "nous faisons ça pour votre bien et pour notre bon plaisir" ?

    Nous, salariés, pouvons leur répondre : "c'est notre travail et nous sommes payés pour le faire".

    Le professionnalisme et le salaire garantissent non seulement la compétence technique des intervenants mais aussi leur neutralité et leur respect des personnes bénéficiaires de ce service d'accueil.

  • Est-ce que c'est toujours le même intervenant qui nous recevra ?

  • Les intervenants et intervenantes de Point Rencontre sont au nombre de 12. Ils sont 4 ou 5 par demi-journée. D’un samedi à l’autre, la composition des intervenants peut donc changer.

    Les intervenants et intervenantes de Point Rencontre échangent beaucoup entre eux. Ils ne sont cependant pas le point fixe des rencontres. Ils sont de passage dans l’histoire des enfants ; ils restent les « Messieurs et Dames de Point Rencontre ». Les points fixes sont les parents qui, eux, sont les permanents de l’histoire.

    Les intervenants de Point Rencontre peuvent être les passeurs de moments émotionnels intenses, mais qui se déplacent d’une fois sur l’autre, et qu’il n’est pas toujours judicieux de rappeler par des présences fixes.

    Les intervenants, bien sur, ne sont cependant pas anonymes, et il est possible de reparler avec Untel ou Unetelle si on le souhaite.

    De toute manière, étant donné l’organisation des samedis, leur présence revient souvent, et on les croise et recroise facilement, en ayant donc la possibilité de reprendre des choses avec eux si on le désire.

  • Est-ce qu'on peut venir visiter avant la première fois ?

  • Bien sur il est possible de venir visiter avant la première fois avec le ou les enfants, en complément des entretiens préalables pour les parents.

    C’est souvent la meilleure façon pour les enfants d’apprivoiser le lieu, de faire connaissance avec les autres, et de pouvoir poser des questions, de ressentir une ambiance.

    Passer sur un moment qui n’est pas celui prévu pour la première rencontre (un samedi avant, ou le matin pour l’après-midi) c’est aussi l’occasion de pouvoir visiter tranquillement en la présence du parent qui accompagne, et qui devra se retirer lorsque ce sera le temps de la rencontre et que l’autre sera présent.

    Cette visite permet à chacun de se représenter les lieux, ce qui est très important.

  • Pourquoi POINT RENCONTRE de Bordeaux n'accueille pas les familles les 5èmes samedis matins ?

  • Il y a seulement un cinquième samedi par trimestre. Cette matinée permet à l'équie de se retrouver avec le Conseil d'Administration ou des partenaires extérieurs, pour réfléchir et aborder des questions qui fondent notre travail à POINT RENCONTRE.

  • Puis-je changer mon enfant à POINT RENCONTRE de Bordeaux ?

  • Alors les enfants ne sont ni repris, ni échangés à Point Rencontre... ;))

    Ensuite, Point Rencontre met à disposition du parent visiteur un matelas à langer et des compétences pour aider l'enfant à parfaire éventuellement la formation en puériculture de son parent. Par contre, nous ne disposons pas actuellement de lieu dédié à ces gestes de la vie quotidienne du tout petit. Nous restons à l'écoute des besoins et organisons sur place un lieu avec le plus d'intimité possible.